Castellina in Chianti
























L’histoire de Castellina in Chianti


Les origines de Castellina in Chianti remontent au 7ème siècle avant Jésus-Christ. Toute une série de villages et hameaux étrusques étaient autrefois implantés le long d’un itinéraire majeur suivant la crête sur laquelle est située Castellina qui permettait de relier les grandes villes de la partie maritime de l'Etrurie, Vulci, Vetulonia et Roselle, et les marchés de la région du Nord, et particulièrement Spina, le port commercial le plus important de l’Adriatique et la porte ouverte sur l’Est.

La tombe étrusque du Monte Calvario
La tombe étrusque du Monte Calvario


De nombreuses découvertes archéologiques importantes ont été faites à Castellina, particulièrement l’imposante nécropole du Monte Calvario, d’une largeur d’environ 53 mètres, située juste à l’extérieur de la ville sur la route de Florence. La tombe contient quatre caveaux mortuaires implantés selon un plan en forme de croix et orientés vers les quatre points cardinaux. La colline doit son nom à une petite chapelle qui était autrefois implantée sur son sommet et qui constituait le point terminal d’un chemin de croix.

À Poggino, à l’Est du village de Fonterutoli, le long de l’ancienne route de Sienne, des archéologues ont excavé une petite nécropole contenant cinq tombes, dont quatre contenant des chambres mortuaires et une petite chambre rectangulaire en forme de coffre. Les artefacts trouvés parmi les objets enterrés montrent que des familles riches appartenant à la noblesse ont vécu dans cette région durant tout le 6ème siècle avant Jésus-Christ, c’est-à-dire la période de splendeur maximale de la civilisation étrusque, qui, selon Diogène de Halicarnasse, « n’avait pas d’équivalent ». Castellina a continué à être un site de vie à l’époque romaine jusqu’au 1er siècle avant Jésus-Christ mais des traces de destruction soudaine suivie par un incendie montrent que la ville a connu une fin tragique.



Pietrafitta
L'église à Pietrafitta

Il Cassero di Grignano
Il Cassero di Grignano, une maison en forme de tour
entre Castellina et Panzano.

Castellina est devenue importante au Moyen-Âge comme le montrent les structures architecturales de Castellina mais aussi les nombreuses fermes fortifiées magnifiques et maisons en forme de tours éparpillées sur tout son territoire. Pietrafitta et Grignano sont mentionnés dans une donation faite par Marchese Ugo à l'abbaye de Marturi dans 998.

Castellina marquait la frontière entre les territoires des puissants rois étrusques (lucumon) de Volterra, Chiusi et Fiesole, qui s’opposaient politiquement et culturellement. L’ancienne frontière se reflète aujourd’hui dans la division de la région de Castellina entre les diocèses de Sienne et Fiesole. Le site actuel de la ville de Castellina est probablement d’origine romaine mais toutes les traces ont disparu au fil des siècles. L’importance militaire de Castellina s’est probablement accrue de manière importante durant le 11ème siècle, époque à laquelle une Castellina dei Trebbiesi est mentionnée, un nom dérivé des nobles de Trebbio, membres de l’Alliance des Conti Guidi, propriétaires d’un château proche dont on peut encore voir les ruines à Badiola. Durant le 12ème siècle, Castellina a joué un rôle militaire dans le cadre de l’Alliance du Chianti principalement en raison de son implantation stratégique qui garantissait le contrôle de toutes les routes des environs et de toute la vallée de la rivière Elsa. Son imposante forteresse, construite dans un style sévère et rigoureux atteste de l’importance de la ville durant cette période. Toute la ville a été entourée de murs massifs et de tours imposantes, avec seulement deux portes d’accès, l’une donnant vers Sienne, et l’autre vers Florence. Ces deux portes ont malheureusement été complètement détruites, celle donnant vers Florence l’ayant été durant la seconde guerre mondiale. La plupart des murs existent toujours aujourd’hui, bien que des maisons aient été construites tout contre les murs en de nombreux endroits. Ces défenses ont été le témoin de siècles de batailles, de sièges et de conflits. Les résultats de ces batailles ont alterné. Alberico da Barbiano, au service du Duc de Milan, s’est emparé de Castellina en 1397. Les troupes de Ferdinand d’Aragon n’ont pu parvenir au même résultat en 1452 et se sont retirées après un siège de 44 jours. La ville a été prise en 1478 après un long siège par le Duc de Calabre, en dépit du fait que Laurent le Magnifique , qui gouvernait Florence à cette époque, ait envoyé le fameux architecte Giuliano da Sangallo à Castellina pour renforcer les défenses de la ville.




Anna Maria Baldini























Castellina in Chianti © ammonet InfoTech 1998 - 2017. Tous droits réservés.